February 2009

You are currently browsing the monthly archive for February 2009.

DIRTY FRENCH PSYCHEDELICS
a french psyche pop odyssey selected by dirty sound system
out 25/05/09 on dirty / discograph

soft rocks black magic
breakbot penelope pitstop
101 force ray tracing

A special dedicace to Karine and Joe Bassin.

UK, 1970 avec Robert Shaw et Malcom McDowell, 110 mn.

Le soleil se lève au-dessus de la mer. Deux silhouettes en contre jour courent sur la rive, les mains attachées derrière le dos. Dans le ciel, un hélicoptère chasse ces deux ombres fuyantes. Où sommes nous ? Quelque part dans un paysage. Qui sont ces deux hommes ? Nous n’en saurons rien, ou si peu. Approchons nous néanmoins. Il y a un vieux (Robert Shaw, également auteur ici de l’adaptation du roman de Barry England) et un jeune (Malcom Mc Dowell qui vient de tourner dans If…. , l’année suivante Orange Mécanique fera de lui une star). Le vieux s’appelle MacConnachie, le jeune s’appelle Ansell. MacConnachie est brutal, autoritaire et sauvage, ses réactions sont celles d’un animal traqué. Ansell est soumis et fragile, cependant il réfléchit et élabore des stratégies de survie et de contre-attaque. Ils portent au cou un matricule, ce sont donc des évadés. Les deux pilotes de l’hélicoptère ne sont, eux, pas identifiés mais ce sont des militaires. Les apparitions de l’hélicoptère sont soudaines, imprévisibles, l’appareil s’approche au plus prêt des fugitifs pour leur signifier qu’ils sont à sa merci. « The Great Black Bat » (la grande chauve-souris noire), tel que le surnomme MacConnachie, est une menace permanente. Ansell : « Ils jouent avec nous », « Ils jouent un jeu ». Quel est ce jeu ? Celui de la chasse et bientôt celui de la guerre.
Quand le film sort en France en 1970, Joseph Losey (alors au sommet de son art, il réalise la même année The Go Between) est mécontent : le titre de son film a été traduit par Deux hommes en fuite. Interrogé par la télévision nationale, il déclare : « Ce qui m’intéressait le plus dans le matériel de base de ce film, c’était son titre. On peut considérer ce film comme un film d’action, une sorte de western, mais j’ai voulu examiner d’autres choses » Examiner quoi ? « L’idée de base, c’est deux fourmis dans un monde immense, inconnu (…) Ces hommes fuient comme dans une sorte de cauchemar, ils ne vont nulle part, on a l’impression qu’ils reviennent tout le temps à leur point de départ. Ils ne font pas de progrès dans leur voyage physique mais dans leur voyage intérieur, dans leur rapport l’un à l’autre.»
La guerre du Vietnam faisant rage, l’époque est pourtant propice aux brûlots politiques, mais Joseph Losey va plus loin, élargit l’espace (« Si j’avais voulu faire un film sur le Vietnam, je l’aurai fait ») en véritable peintre: « Visuellement le film est basé sur le contraste entre des plans extrêmement larges avec des personnages perdus dans des paysages immenses et des gros plans sur eux qui surgissent à la fin du film (…). On apprend que ce sont des soldats poursuivis par une armée. Ce qui m’intéressait, c’était le comportement des individus dans ces circonstances. C’est une situation universelle où des peuples sous-développés doivent lutter contre l’impérialisme occidental». Radicalement abstrait dans son propos comme dans sa forme, le film va progressivement s’approcher au plus prêt des personnages pour en montrer les failles et les ressources. Comme dans The Servant, Accident ou The Go Between, les rapports humains sont ici des rapports de forces, des rapports de classes. Au final, ce que Joseph Losey nous révèle sur nous-même à travers Figures in a landscape est à la fois splendide et terrifiant.

Ricardo VillalobosVioleta

Il est parfois des rencontres qui sont tellement évidentes…

Pet Shop Boys ” Love etc… (Gui Boratto mix) ” – 2009

Let’s feel the music again
Let’s feel the funk 80′s forever
Here 2 super great tracks

Enjoy !


GameGotta Take Your Love – 1982 Maximus Records
Carol WilliamsHave You For My Love – 1986 New Image Records

Patrick Juvet – Les lunettes noires (Jarre/Juvet)
Patrick Juvet – Papa S’Pique Et Maman S’Shoote (Jarre/Juvet)

La face A du Cliche Breaks III, fait par mézigue (Il sort la semaine pro en vinyl via Topplers).
Photobucket
Skyy First Time Around (Cosmo Vitelli Edit)

« Older entries